samedi 10 juin 2017

Tous sangs mêlés - José Maria Arguedas - Extrait

    Hommes et femmes essayaient d'assimiler rapidement les manières liméniennes, ils apprenaient les danses à la mode, adoptaient les vêtements et les coiffures imposés par l'influence américaine. La plupart de ces émigrés mettaient de l'exagération dans leur façon de s'urbaniser ; et de danser les danses à la mode ; voulant montrer qu'ils les connaissaient parfaitement, ils donnaient à l'affluence serrée des salles louées un air grotesque et triste à la fois pour un spectateur sensible. Il était évident que nombre de ces couples ne s'amusaient pas, qu'ils faisaient semblant ; ils se donnaient beaucoup de mal pour se tortiller et suivre le rythme endiablé ou très lent des danses afro-cubaines ou afro-américaines. Dans leurs muscles régnait encore la "lourdeur" du montagnard des Andes, au corps durci par la pratique des grandes montées, des grandes descentes, par l'air respiré sur les hauteurs. Enfin ! Pour mettre un terme à la fête on jouait un huayno ou une passacaille. Alors de nombreux couples s'élançaient pour danser, comme des prisonniers soudain élargis, et ils étaient heureux ; d'autres, surtout du côté des femmes, dansaient sans entrain, parce qu'ils voulaient montrer qu'ils étaient déjà totalement "dé provincialisés", qu'ils avaient oublié le huayno, et on ne manquait pas de voir des hommes et des femmes qui ne se levaient pas pour les danses de leurs pays et déclaraient hautement qu'ils les avaient oubliées ; la honte les en empêchait ; c'était les mêmes qui refusaient de parler quéchua et qui suaient sang et eau pour danser avec la plus grande habileté possible les danses étrangères. 

 pp. 351 et 352.

samedi 4 février 2017

Notre Village - Maria Arguedas - Yawar fiesta


     Voir notre village depuis un col, depuis un sommet où il y a des saywas (1) de pierre et jouer à la quena, au charango (2) où à l'harmonica le huayno (3) du retour ! Voir notre village d'en haut, contempler sa tour blanche solide et massive, contempler le toit rouge des maisons sur les versants, sur la colline ou dans le vallon, les toits où brillent de larges bandes de chaux ;  contempler dans le ciel au-dessus du village les buses et les éperviers noir en plein vol, parfois le condor qui déploie ses grandes ailes au vent ; entendre le chant des coqs et l'aboiement des chiens qui gardent les enclos. Et s'asseoir un moment là-haut pour chanter d'allégresse. Ça, les gens de la côte ne peuvent pas le faire.

Yawar fiesta (La fête du sang) par José Maria Arguedas; pp. 10.

(1) saywas : monticule magique de pierres.
(2) charango : petite guitare indienne au nombre de cordes variable.
(3) huayno: air quechua.